Hommage à DALIDA


Hommage à DALIDA par Natacha Malinowski

Dîner Concert Festival Chansons Françaises en Abondance le mercredi 26 juillet 2017

Réservation en bas de page

 

Biographie NATACHA MALINOWSKI

Née dans le midi d’un père polonais et d’une mère française, NATACHA réunit avec bonheur les sensibilités slaves et latines. Après des études en Musicologie et au conservatoire national de Strasbourg, elle démarre sa carrière dans les chœurs de l’Opéra du Rhin. Quelques années plus tard NATACHA enregistre un 45 tours d’une chanson de création : « Un bout de soleil ». Elle présente de nombreux spectacles : Concerts, Cabarets, Télévisions, Festivals, Salons du disque et de la musique, Election de Miss Alsace, Spectacles au Conseil de L’Europe de Strasbourg. Elle chante avec des stars comme Fabienne Thibault, Dave, Isabelle Aubret… en France, en Allemagne, en Suisse, au Sénégal.

NATACHA crée également plusieurs groupes dans ces styles différents : Rétro-Français et la musique Tzigane-Russe : « L’air du Temps » en 1983 (chansons réalistes), « Le temps des Fleurs » en 1983 (chansons tziganes-russes), « Marius Stoian et sa Chanteuse Natacha » 1994 (tzigane-russe) « Tziganissimo » 2006 (tzigane-russe). NATACHA crée en 1995 une école de chant-variété : « La Petite Scène ».  Elle y enseigne sa propre pédagogie à plusieurs centaines d’élèves dont certains deviendront professionnels. En 2009, deux chorales variété : «Azur et Joie » et « Chant et Sons »  qui se produisent à Grasse et à Cannes.

Depuis septembre 2006 elle s’oriente vers la thérapie par la voix et crée l’atelier « Chant et Sons » qui s’adresse aux personnes timides, complexées, ayant des troubles vocaux ou des problèmes de communication.
Depuis 2009 : création de spectacles à thèmes autour des grandes figures de la variété française : Piaf, Aznavour, Trenet, Dalida… Natacha vous emmène dans ces différents univers où les décors deviennent ses accessoires de scène.
De 2011 à 2012, Natacha chante dans le chœur lyrique Artcanto de Peymeinade sous la direction de Jean-François Hercolani.

Site officiel : www.natacha-malinowski.fr

 

Biographie DALIDA – Source WIKIPEDIA

Iolanda Cristina Gigliotti, dite Dalida, est née le 17 janvier 1933 au Caire, issue d’une famille italienne installée en Égypte, elle est élue Miss Égypte 1954 et tourne des films au Caire, avant de s’installer en France. Au fil des années, Dalida devient une star à l’échelle internationale, et se façonne un répertoire regroupant environ 2.000 chansons interprétées en de nombreuses langues. D’après sa maison de disques, elle a vendu 120 millions de disques de son vivant.

Du Caire à Paris : Son père, Pietro Gigliotti, est premier violon à l’Opéra du Caire ; elle le suit lors de ses répétitions, entonnant des airs d’opéra. Fin 1933, elle est plongée dans le noir durant 40 jours à cause d’une infection des yeux qui provoquera chez elle un strabisme convergent. Après plusieurs interventions chirurgicales elle porte des lunettes jusqu’à 16 ans, elle les jette pour se prouver qu’elle est belle malgré ce strabisme. Elle devient mannequin, remporte le titre de Miss Égypte. A l’âge de 21 ans elle gagne Paris, au début son nom de scène est « Dalila », mais elle le change en « Dalida » sur les conseils de Marcel Achard.

Carrière musicale : Bruno Coquatrix remarque Dalida et la fait participer à un concours pour amateurs, organisé à l’Olympia le 9 avril 1956. Sont présents Eddie Barclay et Lucien Morisse, directeur des programmes d’Europe 1. Ce dernier, subjugué par le charme oriental de Dalida, prend sa carrière en main. Le 28 août 1956 sort le premier 45 tours de Dalida, Madona et un deuxième, La Violeterra, puis Lucien Morisse déniche le titre phare de Dalida, Bambino. Le titre passe sur Europe 1, reste plus d’un an au hit-parade et se vend à 500.000 exemplaires. Puis Dalida passe à l’Olympia, en 1ère partie de Charles Aznavour et en vedette américaine de Gilbert Bécaud. Lucien Morisse, en fait rapidement une immense vedette populaire, grâce à des succès comme Come prima, Les Gitans, Les Enfants du Pirée, Romantica. La chanteuse devient la première artiste à ouvrir son fan-club. Les années 1960 c’est la génération yéyé, Dalida se reconvertit au twist et autres nouvelles modes avec des succès tels que T’aimer follement, Itsi bitsi petit bikini, La leçon de twist, Chaque instant de chaque jour… en 1964, elle se métamorphose physiquement en colorant ses cheveux en blond. La seconde partie de la décennie fait place à une nouvelle Dalida, avec des textes tels que Les grilles de ma maison, Ciao amore, ciao, Mama, Le temps des fleurs, Zoum Zoum Zoum

En 1970, elle change de répertoire, interprétant Avec le temps de Léo Ferré, Mamina de Pascal Danel et Je suis malade de Serge Lama, ainsi que des titres originaux comme Il venait d’avoir 18 ans, Ta femme. Elle ne renonce pas pour autant aux grands succès populaires à l’instar de Darla Dirladada, Paroles… Paroles… ou encore Gigi l’Amoroso, qui deviendra la plus emblématique de son répertoire : no 1 dans douze pays. En 1975, Dalida est la première artiste française à s’initier au disco, avec son album Coup de chapeau au passé, regroupant des chansons telles que J’attendrai ou encore Bésame mucho. Elle enregistre ensuite Femme est la nuit, Génération 78, et Laissez-moi danser (Monday, Tuesday), important tube disco en 1979.

Elle débute les années 1980 avec un spectacle au Palais des sports de Paris et un passage à l’Olympia en 1981. Dalida revient à des textes plus intimistes, tels que Il pleut sur Bruxelles, À ma manière ou encore Mourir sur scène, qui connaît un grand succès.

Fin de vie : Durant la dernière année de sa vie, revenant du tournage du Sixième Jour, Dalida tombe dans une profonde dépression. Cachant de plus en plus difficilement le désespoir qui l’habite sous le bonheur exprimé par certaines de ses chansons, elle connaît une histoire d’amour avec un médecin, François Naudy. Le 2 mai 1987, elle fait croire à ceux qui l’entourent qu’elle va voir dans la soirée la comédie Cabaret de Jérôme Savary et dîner en ville avec François. Se sentant vieillie et délaissée, elle se suicide par surdose de barbituriques dans sa maison du 11 bis rue d’Orchampt (quartier de Montmartre) dans la nuit du 2 au 3 mai 1987. Elle laisse deux lettres, l’une à Orlando et l’autre à son compagnon François, ainsi qu’un mot, sans doute à l’attention de son public : « La vie m’est insupportable. Pardonnez-moi ». Elle est inhumée le 7 mai 1987 au cimetière de Montmartre.

Dîner – Concert :

Apéritif ou jus de fruit pour les enfants, entrée, plat, dessert, café + Concert.

Boissons en sus.

RESERVATION

Online ticket sales for this event are closed.

1 Comment

  1. Merci de me réserver une table de 2 personnes bien placée pour l’anniversaire de mon conjoint.
    Pour le dîner concert de Dalida.

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *